Une tentative de blog à plusieurs mains. Pour réunir des trucs qu’on ne voudrait pas montrer à nos grand-mères mais qu’on prend plaisir à faire quand même.
Vous savez, ces trucs au fond d’une cave ou sous une couette, ces trucs qui nécessitent un sécateur, des allumettes ou de la vaseline, ces trucs chauds et humides, toujours meilleurs à plusieurs qu’en solitaire : se moucher dans ses doigts, dire des gros mots, jouer à touche pipi, disséquer le chat du voisin…et rire, évidemment.

Trompette Sournoise

C’est au moins la dix millionième fois que je me retrouve à déballer tout le bien que je pense du sieur Trompette et surtout de ses textes, barrés, émouvants, poilants, no future, inclassables, rock’n’flower, instructifs, pro ours  et anti cons. Du coup, je manque d’inspiration. C’est d'ailleurs tant mieux pour vous sinon vous auriez dû vous taper trois pages d’éloges tellement barbants que vous auriez définitivement renoncé à lire la moindre de ses nouvelles, par pur esprit de contradiction. Et vous auriez loupé quelque chose, réellement.

De plus, la Trompette est mélomane et musicien. Vous en aurez la preuve prochainement s’il trouve comment poster du son dans la rubrique appropriée  sans niquer le reste du blog avec une manip foireuse. Personnellement, je n’ai absolument aucune idée de la marche à suivre, aussi le laissé-je se démerder.

A part ça, il a grandi dans un bled au nom qui claque comme une insulte américaine, il est nutellaphobe et se nourrit de bâtonnets de colin (Captain Igloo exclusivement).

Sa notoriété prend une ampleur enviable depuis qu’il figure dans Akinator.
Certaines interrogations demeurent toutefois sans réponse satisfaisante :
Est-il glycophile ?
Se lave-t-il souvent ?
A-t-il déjà dunké ?
Je me suis permis de cocher non à la question : « Porte-t-il une perruque ? »
Mais finalement, en est-on certain… ?

Ici, son blog, pour découvrir l'intégrale (absolument incomplète) de son œuvre.

Bovinement vôtre.
Lunatik.

Ps : Death on two legs, une excellente (et inédite) nouvelle de Trompette a été publiée dans un recueil collectif, Leitmotive Opus 1, paru aux éditions Jacques Flament. Plus de détails ici.

Ps bis : que les fans trompettiens se réjouissent, la pêche aux hippocampes est enfin ouverte. Ou, pour être moins sibyllin : Trompette a pondu un recueil, un vrai, qui sortira est sorti en avril 2012 aux éditions Quadrature.(et s'intitule finalement La fée Amphète)

Ps ter : Retrouvez Trompette Sournoise dans la revue Décapage... prenez une autoroute, une urne funéraire et l'auteur vous envoie en orbite dans ses limbes délirantes.
Deuil : 86 659 kilomètres
Bonheur : Attention, déviation. Veuillez emprunter l’itinéraire secondaire.
Véhicules lents, visez les platanes. 
Avez-vous bouclé votre ceinture ? Si oui, pourquoi faire ?


Tous les messages de Trompette sur ce blog :

- Sur les traces du Yéti : une mélodie obsédante, pour ouvrir le bal dans la rubrique Musique.
- Demi-sel :  où l'on apprend que le saumon peut aussi se manger avec du demi sel. Et des huîtres. Ou du chien. Avec ou sans coquille. Mais pas que.
- Pour Raoul, avec amour et abjection : si vous avez le cafard, un coup de mou, des envie de suicide et/ou de meurtre, suivez les tribulations de Fanny, une femme tout à fait convenable, sans cellulite ni allergie aux acariens, intelligente à l’occasion, et qui vient de tomber gravement enceinte.

14 commentaires:

trompette sournoise a dit…

Je remercie Lunatik pour son invitation et ces quelques mots qui résument parfaitement mes activités et quelques unes de mes névroses.

C'est toujours un plaisir de se faire introduire de la sorte.

Je vous conseille vivement de ne lire aucun de mes textes parus jusqu'ici car je me réservais pour ce blog communiste, et je vous réserve, dans ces colonnes, la fine fleur de mon inspiration par ailleurs démentielle.

Afin de répondre aux interrogations laissées en suspend plus haut, sachez que :

- Je ne collectionne pas les emballages de sucre (plein), ce qui, selon Wikipedia, ne me classe donc pas dans la catégorie pathétique des glycophiles. Dieu soit loué et Jésus, son fils, amen.
Je propose par ailleurs que tous les glycophiles de cette planète soient traqués et leurs têtes plantées sur des pieux aux portes de nos cités menacées.

- Je me lave régulièrement, mais je compense en transpirant comme un damné, afin de préserver une bestialité à laquelle je suis fondamentalement attaché. Par exemple, je hulule à l'occasion.

- Je jure n'avoir jamais dunké de toute ma vie. Je vous invite à traiter les basketteurs de la même façon que les glycophiles.

- Je ne porte une perruque qu'au cours de mes recherches d'emploi, un superbe pastiche roux, coiffé afro, qui me préserve jusqu'ici de toute activité professionnelle viable.

J'irai poster de la musique dès que j'aurai trouvé comment faire, soit aux alentours de 2014, probablement en février, qui est un mois assez calme en général, de mon côté, encore que, avec la chandeleur, je ne sais pas si je trouverai le temps, bref, soyez un peu patients, bande de fripons glycophiles.

Castor tillon a dit…

Hello, Trompette !
Dépêche-toi de poster ta musique, parce que moi, en août 2015, je dois remettre mon prochain dessin. Entretemps, il faut que je lise le bouquin absolument indigeste que Lunatik m'a prêté, et la sortie du film n'est pas prévue avant 2017. Lé film, cémieu, on compran mieu.

L'homélie de Lunatik est tout-à-fait justifiée, moi j'adore la fée amphets, c'est pas le texte le plus marrant, mais c'est le plus tendre.

Bienvenue, donc, amène-toi vite.

trompette sournoise a dit…

J'ai pris un peu d'avance sur 2014.

Merci pour le fée amphets, qui a besoin de tout le soutien possible.

miyu a dit…

se lave-t-il souvent ? je me lave régulièrement
c une façon adroite d’éluder ! ms tes histoires me plaisent

miyu a dit…

mr trompette sournoise est demandé à la rubrique textes, mr trompette sournoise, merci.

Lunatik a dit…

Il est un peu dur de la feuille, parfois, le garçon, Miyu.
Faut pousser le son :

Môssieu TROMPETTE SOURNOISE est ardemment RÉCLAMÉ par ses fans au rayon TEXTES ou MUSIQUE ou N'IMPORTE QUELLE AUTRE FOUTUE RUBRIQUE de ce blog, môssieu TROMPETTE SOURNOISE, merci !

Voilà.
D'ici un mois ou deux, tu devrais obtenir une réponse de l'intéressé, hagard, le cheveu en bataille et balbutiant : "Hein, quoi, qui m'appelle, plait-il ?" avec, sous le bras, un de ces petits chefs d'œuvre dont il a le secret ou un kilo de sucre en morceaux en emballages individuels.

miyu a dit…

félicitations pour ton recueil trompette sournoise!!!!

Lunatik a dit…

Ben merdalors...
J'ai quand même pas rêvé...
Trompette, tu as bien posté hier un texte intitulé : "Pour Raoul, avec amour et abjection" non ??
Un truc à mourir de rire, excellemment bien torché.
Et aujourd'hui, je reviens pour commenter et paf : plus de texte. Evaporé. Un petit chef d'oeuvre aux oubliettes.
Kess ki cé passé ?!

La Musaraigne Etoilée a dit…

je confirme je l'ai vu aussi et chui verte j'avais pô eu le temps de finir de le lire.

Lunatik a dit…

Ben c'est couillon parce que la fin est aussi bonne que le reste. Marrante et surprenante.
Je plains ceux qui ne suivent pas ce blog avec assiduité et qui ont loupé l'évènement.

trompette sournoise a dit…

Ok, salut tout le monde. Pas de panique. Le texte va revenir après une petite douche, juste quelques poils disgracieux à tailler. Rien de bien grave. C'est que je suis tatillon mine de rien, faut pas croire.
C'est comme présenter un nourrisson qui aurait de la merde au cul. Ca craint. Imaginez la scène d'ouverture du Roi Lion dans ces conditions...
Bref, désolé pour ce mauvais timing (destiné uniquement à créer le beuze, comme disent ces abrutis de jeunes). A tout de suite.

miyu a dit…

je suis mais j'avais loupé! c pô juste!! vivement tout de suite!!!

trompette sournoise a dit…

Tout de suite, c'est maintenant.

Avec mes excuses. Bonne lecture.

Castor tillon a dit…

Moi, je me l'étais copié dans un fichier Word, pour cause de connexion subclaquante.
Avec ses poils et sa merde au cul.

HA !